Le Grand Journal » A La Une »
Voyager – Cozumel, l’île des anges
Publié: 03/10/2012
Source: Jeanmy Cochois

CozumelSituée juste en face de Playa Del Carmen, l’île de Cozumel s’applique à conserver son authenticité et ses charmes. LGJ est allé au devant de celles et ceux qui essaient d’améliorer au quotidien la vie sur cette petite île.

Venir à Cozumel, c’est prendre un rendez vous avec l’histoire pré-hispanique, si ancrée dans la mémoire collective des natifs de l’ile. Il est dit que les premiers signes de la civilisation mayas sont nés ici.

Un peu d’histoire…

Cozumel -« terre des hirondelles » en maya yucatèque–  s’étend sur environ 48 km du nord au sud et 16 km d’ouest à l’est pour une superficie de 477,8 km2. Un véritable petit coin de paradis ou l’insularité se fait sentir…même si l’on n’est qu’à environ 20 km du continent!DSCF0618

San Miguel de Cozumel -70 000 habitants-  est la « capitale » de l’ile sur le versant oriental, de l’autre côté, il n’ y a pas de village car le vent souffle assez fort et les terrains ne sont guère constructibles.

Le Cedral, premier village construit sur l’île, reste une curiosité puisqu’il n’est habité qu’en fin de semaine, la majorité des maisons, plutôt cossues,  étant les résidences secondaires de certains  insulaires !

Juan de Grijalva fut le premier Espagnol à visiter l’île en 1518, précédant Hernán Cortés d’une année. Ce dernier, avant d’investir l’ile, va détruire une bonne partie des monuments pré-hispaniques.

Les habitants de l »île,  qui va compter jusqu’à  40 000 personnes,  sont décimés par une épidémie de variole qui ravage la région vers 1570 et ne laisse qu’une trentaine de  survivants!

Celle-ci est abandonnée par ses derniers habitants et les  nombreux pirates qui sévissent dans les parages vont alors s’en servir comme base, mais c’est La guerre des castes de 1848 qui y amène de nombreux réfugiés fuyant la violence sur le continent. Ils vont petit à petit la repeupler.

Jacques-Yves Cousteau à beaucoup contribué à la notoriété de l’ile en découvrant la beauté de son récif corallien. Grâce à lui,  Cozumel est devenu  l’un des plus grands centres de plongée sous-marine au monde.

Une île entièrement dépendante du tourisme

DSCF0597lorsque l’on débarque à Cozumel l’agitation qui règne sur l’embarcadère fait immédiatement prendre conscience de l’importance du tourisme dans l’économie locale. Des dizaines d’agences  représentées par des guides vous proposent différentes excursions, plongées sous-marines,  pêche au gros…

Bref,  tout ce que les Caraïbes recèlent de trésors marins est à portée de votre bourse!

Si l’on fait le tour de l’ile par le sud, de nombreuses plages sauvages aux eaux turquoises laissent l’embarras du choix pour s’y prélasser. Le traces du cyclone Wilma sont encore visibles même si, petit à petit, dame nature reprend ses droits.

Au détour de la route apparait le seul hôtel de cette côte ventanas al  mar:  une Palapa de deux étages sur la plage,  rendez vous des amoureux, car la nuit  passée là, bercée par le bruit des vagues, est exceptionnelle!

Tout le long de cette côte  occidentale de nombreux nids de tortues sont référencés par des petits bâtons de couleur  qui marquent leurs emplacements.

La route bifurque vers le centre à quelques kilomètres de l’extrémité de l’ile,  là,  seuls quelques « Quad » peuvent aller  plus loin jusqu’à une petite ile déserte et inhabitée, bordée de mangrove… Santa Cruz!

Le Grand Journal reviendra sur cette petite île charmante et si particulière, dont seulement 3% de sa surface est habitée. Nous irons à la rencontre des Français installés ici, mais également de l’ O.V.C –Oficina de Visitantes y Convenciones- locale qui nous dévoilera les grands rendez-vous annuels culturels de Cozumel en commençant par le carnaval  lequel,  après celui de Veracruz,  est le plus réputé de la république!

Jeanmy Cochois – (www.legrandjournal.com.mx)

Notre coup de coeur!

elianeTamarindo: Ce Bed and Breakfast idéalement placé à quelques quadra du malecon existe depuis 17 ans, créé par une française, Eliane Godement, qui a su restituer et préserver une ambiance familiale tout en respectant l’intimité de chacun.

Les cinq chambres  -des petits bungalows individuels-  et les trois appartements sont coquets et intelligemment décorés.

Le cadre  magnifique,  calme et reposant, et  les prix on ne peut plus raisonnables  sont d’autres atouts indéniables.

www.tamarindocozumel.com

Cozumel, l’île des anges