Le Grand Journal » A La Une »
Une équipe infantile indigène remporte le Festival Mondial de Mini-BasketBall
Publié: 18/10/2013
Source: Amandine Weber

EquipooaxacaLes 25 enfants de l’équipe locale de Oaxaca ont gagné tour à tour les 7 partis du IV Festival Mondial de Mini-Basket en Argentine, avec des résultats surprenants. De retour au Mexique, ils ont été accueillis en véritables champions du monde.

Le Mexique, profondément déçu par les tollés de l’équipe nationale de football, s’est raccroché il y a deux jours au succès bien mérité de l’équipe de moins 12 ans de Basket Ball, qui s’est illustrée au IV Festival Mondial de Mini-Basket en gagnant successivement tous les matchs, et haut la main.

Au total, se sont quelques 8,000 enfants âgés de 10 à 12 ans provenant de 8 pays en Amérique latine (Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Equateur, Venezuela, Uruguay et Mexique), qui se sont disputés des matchs intenses en émotion du 10 au 15 Octobre, dans un Festival Mondial de Mini-Basket, 4ème édition.

Le Festival né en 2010 en Equateur s’est converti depuis en l’une des activités les plus importantes du calendrier FIBA Américas, et organise ses matchs avec des ballons de taille réduites et des paniers abaissés afin de s’adapter naturellement à la taille de ses petits joueurs, qui dépasse rarement les 1,40m.

L’équipe de Oaxaca qui s’est présentée avec brio à ce festival, n’en est pas à son premier essai: appartenant à l’Académie de Basket-ball Indigène de México (ABIM) dont le siège est localicé à Oaxaca, elle a concouru en juillet dernier à l’International Youth Basquetbal of América (YBOA) à Orlando, Florida et sera présent du 30 Octobre au 5 Novembre à la Coupe du Caraïbes qui se réalisera en République Dominicaine.

Ces petits “Champions de la Montagne aux pieds nus” comme ils ont été surnommé affectueusement par leur entraîneur, Sergio Zuñiga qui ne cache pas sa fierté, iront donc loin chercher la victoire.

Souhaitons-donc leur bonne chance !

Quant à la question de savoir pourquoi le basket et non pas une autre discipline sportive comme le foot bien plus populaire, un retour sur histoire permet de comprendre un peu mieux le panorama : Durant le sexennat de Carlos Salinas de Gortari (PRI – 1988-1994), le gouvernement a impulsé la construction de terrain de basket dans les communautés indigènes. C’est un plan à deux versants, d’un côté encourager la pratique d’un sport relativement peu coûteux en terme d’infrastructures pour le pays, et de l’autre, les terrains de basket servaient aux autorités de pied-à-terre pour les hélicoptères ou avions légers lors d’interventions en urgence que ce soit pour régler des conflits avec les communautés indigènes (et spécialement lors des heurts entre les autorités et les indigènes du Chiapas) ou gérer des situations humanitaires urgentes.

Quoi qu’il en soit, ces terrains ont suscité l’intérêt des peuples indigènes pour le basket et dès 1996, des tournois entre communautés étaient organisés. La plupart du temps, les matchs étaient joués pieds nus. En ce qui concerne la jeune équipe victorieuse, cela a représenté d’ailleurs tout un défi pour l’entraîneur de les habituer à mettre leurs chaussures de sport et entrer dans les règlements internationaux en vigueur.

Amandine Weber – (www.legrandjournal.com.mx)