Le Grand Journal » A La Une »
Les mexicains deux ans de suite « Oscar du meilleur film » et de la politique en sus !
Publié: 23/02/2015
Source: Revue de Presse

2302-OscarsPour la seconde fois d’affilée, un réalisateur mexicain a raflé la mise aux Oscars décernés ce dimanche à Los Angeles. Birdman, la vertu inattendue de l’ignorance du Mexicain Alejandro González Iñarritu a remporté quatre récompenses, dont l’Oscar du meilleur film.

En 2014, le cinéaste mexicain Alfonso Cuarón recevait la même distinction pour son film Gravity. « Les dernières éditions des Oscars récompensent le cinéma à risque, un cinéma différent qui commence à gagner ses lettres de noblesse, permettant ainsi au grand public de découvrir des films qui passeraient inaperçus sans ces distinctions », se félicite le site du journal mexicain Sinembargo.

Un prix dédié aux Mexicains

La presse mexicaine, à l’instar du quotidien La Jornada, donne un large écho aux propos symptomatiques tenus par le réalisateur Alejandro Gonzáles Iñarritu lors de la remise de son trophée. En quelques mots, le lauréat a évoqué l’agitation sociale et politique au Mexique et le débat sur l’immigration aux Etats-Unis. « Je voudrais prendre une seconde pour dédier ce prix à mes compatriotes, à ceux qui vivent au Mexique et à ceux qui vivent dans ce pays [les Etats-Unis] », a déclaré le réalisateur.

« Au Mexique, je souhaite vivement que nous puissions construire le gouvernement que nous [les Mexicains] méritons. Et, quant à ceux qui vivent ici, je prie pour qu’ils soient traités avec la même dignité et le même respect que leurs prédécesseurs qui sont venus et ont construit cette incroyable nation d’immigrants. »

Un appel à la dignité et au respect pour les immigrés mexicains

Même son de cloche du côté nord de la frontière, où le Los Angeles Times souligne qu’Alejandro González Iñarritu a consacré son discours à un appel à la dignité et au respect pour les immigrés mexicains.

Mais c’est surtout la petite phrase d’introduction prononcée par le comédien Sean Penn qui défraie la chronique. Introduisant la remise de l’Oscar du meilleur film, l’acteur américain connu pour son côté cabotin a déclaré : « Mais qui a donné une carte verte à ce fils de pute ? » Si certains ont condamné des propos qu’ils jugent racistes, Alejandro González Iñarritu s’est, pour sa part, contenté de répondre : « J’ai juste trouvé ça drôle et aucunement offensant », arguant du fait qu’il avait toujours eu une relation d’amitié « brute » avec l’acteur qu’il a notamment dirigé dans son film 21 Grammes [sorti en 2004].

Source – courrierinternational.com