Le Grand Journal » A La Une »
René Angélil, mari et imprésario de Céline Dion est décédé !
Publié: 14/01/2016
Source: Revue de Presse

celine et renéLa chanteuse a annoncé le décès de son époux âgé de 73 ans sur son compte Facebook. Ce dernier a succombé des suites d’un cancer. En mars 2014, René Angelil avait été opéré de son cancer de la gorge et avait subi une ablation de la langue.

«C’est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons que René Angélil, 73 ans, est décédé ce matin à sa résidence de Las Vegas après un long et courageux combat contre le cancer. La famille souhaite vivre le deuil en toute intimité», annonce sur son compte Facebook, Céline Dion et sur son compte Twitter.

Celui qui aurait dû féter ses 74 ans dans deux jours était l’époux et imprésario de la célèbre chanteuse canadienne depuis trente ans. De 26 ans son aîné, René Angélil a épousé sa muse en décembre 1994. Le couple a eu trois enfants.Ce dernier affrontait sa maladie depuis 1999, il avait connu une rémission avant de rechuter en 2013. En mars 2014, René Angelil avait été opéré de son cancer de la gorge et avait subi une ablation de la langue.

Pour s’occuper de son mari, Céline Dion avait alors décidé de faire une pause dans sa carrière. Elle avait décidé d’annuler sa tournée asiatique et tous ses concerts à Las Vegas jusqu’en mars 2015. Elle n’a jamais caché que le combat qu’elle menait pour la guérison de son époux était permanent. Elle répétait sans cesse que «René était un soldat», qu’il se «battait courageusement», et qu’elle restait «confiante même si le chemin est difficile».

Né en janvier 1942 à Montréal dans une famille libano-syrienne, René Angélil avait commencé comme chanteur dans un groupe yéyé, les Baronets. Faute de succès, il s’est rapidement tourné vers le métier d’agent et c’est un peu par hasard qu’il a découvert Céline Dion, alors pré-adolescente de 12 ans. «Un miracle s’est produit», devait avouer René Angélil un peu plus tard. «Quand j’ai entendu cette voix-là, je n’avais jamais rien entendu de tel. Pour moi c’est la plus belle voix du monde».

Il avait en 1988, amené avec succès Céline Dion au concours de l’Eurovision pour la Suisse. Il avait poussé ensuite la star naissante à prendre activement des cours d’anglais afin de viser une carrière américaine.

Sacrée en 1996 «meilleure artiste francophone», Céline Dion, sous la houlette avisée de René Angélil, a monnayé avantageusement ses talents par des contrats à répétition à Las Vegas.

Lire la suite sur le Figaro.fr