Le Grand Journal » A La Une »
Qui se trouve derrière l’assassinat du Juge fédéral Vicente Bermudez !
Publié: 19/10/2016
Source: Revue de Presse

CvFQdvHVYAA6sjBLe juge fédéral Vicente Antonio Bermudez Zacarias a été assassiné lundi d’une balle dans la tête, à quelques mètres de son domicile, alors qu’il faisait son jogging. Il s’était occupé de nombreuses affaires impliquant des figures du narcotrafic, dont le très célèbre Joaquin « El Chapo » Guzman.

Les images qui circulent sur internet défilent rapidement. La scène, filmée par une caméra de vidéosurveillance, montre le juge Vicente Antonio Bermudez Zacarias quitter son domicile à Metepec (à 40 km de Mexico environ) pour faire son jogging. À peine quelques secondes après, une seconde personne apparaît dans le champ de la caméra. Elle tue le premier homme, à bout portant, avant de s’enfuir en courant.

Selon des sources locales, le juge aurait succombé à ses blessures dans l’ambulance qui le conduisait à l’hôpital.

Cet assassinat intervient alors qu’une demande d’extradition concernant El Chapo a été déposée par les États-Unis entre les mains de la justice mexicaine, qui devait d’ailleurs rendre prochainement sa décision. Le juge Bermudez été chargé du dossier d’extradition.

Arrêté en janvier, six mois après son évasion spectaculaire d’une prison hautement sécurisée par le biais d’un tunnel de 1,5 kilomètre de long, Joaquin Guzman est toujours poursuivi pour meurtre et trafic de drogue par des tribunaux du Texas et de Californie.

Aucune protection 

Pour le moment, les motivations de l’homme qui a assassiné le juge ne sont pas connues et il est toujours en liberté.

Lors d’une réunion internationale avec des magistrats à Mexico, le président Enrique Pena Nieto a déploré la mort de Vicente Antonio Bermudez, et souhaite que « les responsables de cet acte lamentable » soient arrêtés. Il a d’ailleurs déclaré qu’il avait chargé le bureau du procureur général de mener l’enquête.

Les juges de la Cour suprême ont observé une minute de silence en sa mémoire à l’ouverture d’une séance publique. Le président du Sénat, Pablo Escudero, a lui aussi exprimé ses condoléances.

Au-delà du cas du baron de la drogue El Chapo, le juge Bermudez enquêtait sur le puissant cartel de trafiquants de drogue de Los Cuinis, selon la presse locale.

Le journal de la ville de Mexico indique que le juge ne bénéficiait d’aucune protection policière en particulier.

Source – www.ouest-france.fr

Le Mexique espère extrader «El Chapo» vers les Etats-Unis début 2017

Le narcotrafiquant mexicain Joaquin « El Chapo » Guzman, arrêté en janvier, pourrait être transféré du Mexique vers les Etats-Unis au début de l’année prochaine.

Mexico espère que l’extradition du baron de la drogue pourra avoir lieu en janvier ou février, a annoncé vendredi le Commissaire national de la sécurité, Renato Sales Heredia, dans un entretien télévisé.

La demande d’extradition déposée par les Etats-Unis, qui poursuivent « El Chapo » pour meurtre et trafic de drogue, est actuellement entre les mains de la justice mexicaine qui doit rendre prochainement sa décision.

Une évasion rocambolesque

« El Chapo » avait été arrêté en février 2014 après une fuite de 13 ans, mais était parvenu à s’échapper en juillet 2015 de manière rocambolesque, par un tunnel d’un kilomètre et demi, d’une prison de haute sécurité près de Mexico.

Arrêté à nouveau en janvier dernier, il attend désormais dans une prison de Ciudad Juarez (nord) de savoir si et quand il sera extradé, après avoir multiplié les recours.

« Nous espérons que ce soit en janvier ou février », a expliqué Renato Sales Heredia, interrogé par la chaîne Televisa sur la date possible d’extradition du narcotrafiquant.

Le Commissaire national de la sécurité « peut avoir une opinion personnelle. Pour moi, il me semble très difficile que ce soit d’ici janvier », a réagi auprès de la même chaîne l’avocat de Joaquin Guzman, José Refugio Rodriguez.

Un calendrier flou

L’avocat a expliqué qu’en raison des recours déposés pour bloquer cette extradition, celle-ci pourrait survenir bien après début 2017. Il a dit avoir reçu des instructions de son client pour « se battre jusqu’au bout » afin d’éviter son départ vers les Etats-Unis.

Le 26 septembre dernier, le juge chargé du dossier a mis sa décision en délibéré. Mais même s’il se prononce pour l’extradition, le trafiquant pourra encore faire appel voire saisir la Cour suprême.

Le ministère mexicain des Affaires étrangères avait validé en mai cette extradition mais la défense a déposé deux recours pour la bloquer.

Aux Etats-Unis, Joaquin Guzman est poursuivi notamment pour meurtre et trafic de drogue par des tribunaux du Texas et de Californie.

Source – Agences