Le Grand Journal » A La Une »
Suisse – Visite d’Etat de Johann Schneider-Ammann à Mexico !
Publié: 07/11/2016
Source: Le Grand Journal

topelement (1)Le président de la Confédération Suisse Johann Schneider-Ammann est en visite d’état à Mexico, accompagné d’une importante délégation économique. Le président de la Confédération a lancé vendredi l’«Alliance suisse pour la formation professionnelle» au Colegio Suizo de Mexico.

Cette initiative donne la possibilité aux entreprises suisses au Mexique de participer au système de formation dual des apprentis.

Le gouvernement mexicain montre un grand intérêt au système éducatif suisse, a déclaré Johann Schneider-Ammann, en visite officielle de deux jours au Mexique. Selon lui, son homologue mexicain Enrique Peña Nieto a été «impressionné», lorsqu’il lui a expliqué que la Suisse a un faible taux de chômage grâce à son système de formation professionnelle.

La situation peut sembler paradoxale au Mexique. Le pays peut depuis des années s’appuyer sur une croissance économique forte et soutenue. De nombreuses entreprises internationales se sont installées dans ce pays et ont créé des centaines de milliers de nouveaux emplois. Dans le même temps, un jeune sur dix est au chômage et beaucoup travaillent illégalement.

La question du système éducatif est donc centrale, selon Johann Schneider-Ammann. Après un projet pilote, les bases juridiques ont été créées l’année dernière au Mexique pour l’introduction de l’apprentissage. Cette nouvelle option s’ajoutera au lycée général et au lycée technique s’agissant de formation officielle au niveau du secondaire.

Environ 400 entreprises suisses

Vendredi, le ministre suisse de l’éducation a lancé avec son homologue mexicain Aurelio Nuño Mayer l’«Alliance suisse pour la formation professionnelle». Grâce à elle, les entreprises suisses au Mexique – environ 400 à travers le pays – pourront mettre sur pied diverses formations professionnelles pour répondre à leurs besoins.

Certaines d’entre elles ont déjà mis en place une formation en interne avec des possibilités des stages et des postes de stagiaires. Mais cela n’est cependant pas comparable au système dual helvétique en tant que tel.

Le président de la Confédération a toutefois prévenu son homologue mexicain d’être patient. «Le système suisse ne peut pas être simplement copié. Il devra être affiné au gré des générations de nouvelle gestion d’entreprise. Cela peut prendre plusieurs années pour que le marché intègre un tel système d’apprentissage».

Quelque 200 places dans un premier temps

Dix firmes suisses font actuellement partie de l’alliance, a indiqué le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) dans un communiqué. Elles s’engagent toutes activement dans le processus d’introduction de la formation duale au Mexique et proposeront à partir de 2017 quelque 200 places d’apprentissage, poursuit le texte.

Cette «Alliance suisse pour la formation professionnelle» est mise sur pied en collaboration avec l’ambassade suisse à Mexico. Pour Johann Schneider-Ammann, le plus grand défi de l’alliance sera d’attirer des entreprises mexicaines. Elles «se rendront compte que la formation suisse est bonne. Elles s’y intéresseront ensuite. C’est un test», a-t-il lâché.

Lors de sa visite de deux jours au Mexique, le président de la Confédération a inauguré jeudi à Mexico la Chambre de commerce Suisse-Mexique, qui vise à intensifier les échanges commerciaux entre les deux pays. Le Mexique était jusqu’ici l’un des rares pays du G20 dans lequel la Confédération n’avait pas une telle structure.

Article du 03 novembre 2016

Le président de la Confédération Johann Schneider-Ammannse est en visite d’Etat à Mexico, preuve de l’importance de ce traité entre les deux pays. La visite d’Etat de Johann Schneider-Ammann à Mexico, accompagné d’une délégation économique, sera donc consacrée à la mise sur pied de cette entente. 

L’an dernier, le ministre des Affaires étrangères Didier Burkhalter et son homologue mexicain José Antonio Meade Kuribreña avaient signé une déclaration commune. Outre un renforcement de la collaboration entre les deux pays à l’ONU – sur les droits de l’homme et des projets de développement – elle prévoyait une actualisation de l’accord de libre-échange entre le Mexique et l’Association européenne de libre-échange (AELE).

Accès au marché

L’accès au marché mexicain doit être encore davantage facilité pour les marchandises, services et investissements suisses et élargi pour les marchés publics. Une plus grande ouverture des marchés d’exportation est d’une importance capitale pour la Suisse, notamment en raison de la force du franc et de sa non-adhésion à l’Union européenne.

Les relations avec le Mexique seront également renforcées au niveau bilatéral. Le président de la Confédération participera jeudi avec avec le ministre de l’Economie Ildefonso Guajardo Villarreal à la cérémonie inaugurale de la Chambre de commerce et d’industrie helvético-mexicaine.

Johann Schneider-Ammann et le ministre de l’Education Aurelio Nuño Mayer lanceront par ailleurs l’Alliance suisse pour la formation professionnelle. Vendredi, le conseiller fédéral sera reçu avec les honneurs militaires par le président du Mexique Enrique Penã Nieto, puis sera accueilli pour un entretien officiel.

Important partenaire

Le Mexique est le second plus important partenaire commercial pour la Suisse en Amérique latine, après le Brésil. L’an dernier, elle y a exporté pour quelque 1,4 milliard de francs de marchandises.

Il s’agit principalement de biens à haute valeur ajoutée, tels que des produits pharmaceutiques et chimiques, des machines, des vitamines, des produits diagnostiques, des appareils, de l’électronique, des montres, ou encore des instruments de précision.

Le volume d’importation depuis le Mexique se monte lui à 1,1 milliard de francs. La Suisse fait principalement venir des produits chimiques, des voitures, des biens agricoles tels que le café, le miel ou la bière, et dans une moindre mesure, des machines.

Pour le Mexique, la Suisse est le huitième plus important investisseur. A fin 2014, les investissements directs s’élevaient à 7,6 milliards de francs.

A lui seul, Nestlé prévoit d’investir pour la période 2014-2018 un milliard de dollars dans de nouvelles usines. Début octobre, le géant alimentaire vaudois a notamment ouvert une nouvelle unité de production d’aliments pour bébés. Au total, les entreprises suisses emploient près de 30’000 personnes au Mexique.

Longues relations

Les deux pays ont une longue tradition diplomatique. En 1827 déjà, la Suisse ouvrait un consulat honoraire à Mexico. Les premiers échanges, principalement de nature économique, remontent à la moitié du 19e siècle. Des relations diplomatiques officielles existent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il y a 70 ans.

Les relations économiques ne décollent toutefois qu’en 2001, avec la signature de l’accord de libre-échange entre le Mexique et l’AELE (Suisse, Islande, Norvège, Liechtenstein). Il s’agissait alors de la première entente de libre-échange conclue par l’organisation hors d’Europe et du pourtour méditerranéen.

Source – Agences